Vous visitez une version mobile du site acs.qc.ca.
Pour visiter le site régulier, S.V.P. cliquez ici.



 Rencontre avec Christine Nadeau et Camille Pomerlo, lauréates du prix Hubert-Reeves 2020, Jeunesse

Le jeudi 23 juillet 2020


Rencontre avec Christine Nadeau et Camille Pomerlo, lauréates du prix Hubert-Reeves 2020, Jeunesse

Faites connaissance avec les lauréates et le lauréat 2020 des prix de l’ACS !

Bien que leur profil et leur parcours soient complètement différents, ils.elles ont pour point commun d’avoir remporté un prix de l’ACS cette année. Nous les avons virtuellement rencontré.e.s pour en apprendre davantage sur leur intérêt pour la culture scientifique.


Christine Nadeau et Camille Pomerlo, vous êtes les créatrices de La ville aux dos d’éléphants, publié par les Éditions de l'Isatis. Pourquoi avez-vous choisi de traiter de l’amiante et de son exploitation à Thetford Mines dans votre livre ? Est-ce un sujet qui vous touche personnellement ou encore qui vous intéresse d’un point de vue scientifique ?

Christine Nadeau, autrice : À la fin des années 70, comme plusieurs jeunes de mon âge, j’étais heureuse de quitter ma ville natale, Thetford Mines, pour poursuivre des études universitaires. J’y retournais pour visiter mes parents et d’autres membres de ma famille, mais ma vie était ailleurs. J’entendais sans vraiment écouter les conversations sur les fermetures de mines, le taux de chômage galopant ou la morosité économique des lieux. Quelques décennies ont passé, les visites se sont espacées, mais cet éloignement m’a sensibilisée à la réalité de la ville minière, à ses impacts sur l’environnement et la santé de ses habitants. La résilience de ces derniers m’a réconciliée avec ma ville de naissance entourée de montagnes et de monts gris si particuliers aux villes productrices d’amiante. Cet album est un hommage aux hommes et femmes qui dressèrent ces dos d’éléphants.

Selon vous, pourquoi est-il important d’adresser ce sujet à des jeunes lecteurs ? Qu’est ce que la vulgarisation de la science peut leur apporter ?

Christine Nadeau : J’ai remarqué au cours des dernières années que des haldes de résidus d’amiante se couvraient de verdure. La végétalisation du paysage de ma région natale m’a troublée. Certains monts gris devenaient méconnaissables. J’ai alors souhaité raconter aux jeunes une partie de l’Histoire du Québec dont on parle moins, l’industrialisation de l’amiante. La forme de la fable m’apparaissait pertinente à cet exercice : un court récit inspiré de faits vécus « sans date d’expiration » qui, par sa forme, rend accessible un sujet aride tout en favorisant une prise de conscience des répercussions de l’exploitation industrielle des richesses naturelles sur l’environnement et la santé.

Et qu’est ce que la vulgarisation de la science apporte à la société ?

Camille Pomerlo, illustratrice : Je pense qu’elle nous permet d’expliquer des sujets complexes de manière plus simple et mémorable et ça donne l’opportunité de rejoindre beaucoup de personnes. Lire une histoire nous permet de retenir beaucoup d’informations parce qu’on s’attache aux personnages ou au scénario ou à la poésie des mots choisis. Et c’est d’autant plus vrai quand l’histoire est accompagnée d’images ou de dessins qui appuient ou, même, ajoutent encore plus de puissance à celle-ci. De cette façon, la forme de l’histoire encourage la réflexion dans la société.

Enfin, quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite écrire un livre scientifique destiné à des enfants et adolescents ?

Camille Pomerlo : Comme je suis illustratrice, je leur dirais de choisir des éléments visuels forts. Dans La ville au dos d’éléphants, j’ai voulu appuyer le texte en faisant des dessins qui démontrent comment la ville est passée d'un village paisible, a sombré, puis ensuite s’est renouvelée, avec le jeu des couleurs du vert au noir et les images qui deviennent de plus en plus tristes et chargées. Je voulais qu’en regardant les dessins, les lecteurs puissent sentir la descente, mais aussi l’espoir à la fin. Donc, je conseillerais de trouver des éléments uniques, mémorables, puissants et intéressants à mettre de l’avant, parce que c’est ce qui fait qu’on se souvient d’une histoire.

La ville aux dos d’éléphants de Christine Nadeau et illustré par Camille Pomerlo, publié par les Éditions de l'Isatis, a remporté le prix Hubert-Reeves 2020, catégorie Jeunesse.


De gauche à droite : Christine Nadeau (crédit photo : Chantale Lecours) et Camille Pomerlo.

 

> Retour à la liste des nouvelles